fr nl en
Stannah logo
Appelez gratuitement un conseiller au Votre conseiller Stannah est à votre disposition 24 h/24.
080026082

L’expérience de simulation d’arthrite : Mettez-vous dans leur peau

En enfilant la combinaison de simulation d’arthrite, j’ai changé de génération. Il n’y a pas de meilleure façon de comprendre ce que vivent les personnes qui souffrent que de se mettre dans leur peau.

Une nouvelle employée de Stannah portant la combinaison de simulation d’arthrite

En tant que nouveau membre de l’équipe de gestion des contenus internationaux de Stannah, avoir la chance de visiter le siège social de la société a été une formidable opportunité pour me familiariser avec les produits et les valeurs de l’entreprise.

Souffrir d’arthrite, ça fait quoi ?

Peu importe le département, il est essentiel de pouvoir faire preuve d’empathie envers nos clients afin de mieux comprendre leurs besoins. Il y a donc une question fondamentale que tout employé de Stannah doit de se poser : Qu’est-ce que cela fait de souffrir d’arthrite et de vivre avec une mobilité réduite ?

Cette empathie est un facteur clé lorsqu’il s’agit de concevoir les meilleurs produits pour nos clients. Conformément à cette philosophie, l’expérience de simulation d’arthrite a constitué l’un des points forts de la visite du siège social par notre équipe de gestion des contenus internationaux.

Stannah est en outre animé d’une culture orientée client : notre objectif est d’offrir des produits qui répondent aux besoins de nos clients. Et bien que les aspects techniques soient importants, nous passons également beaucoup de temps à analyser la documentation concernant le vieillissement, de façon à mieux comprendre et servir nos clients.

L’un de nos principaux objectifs est de réussir à bien communiquer avec des personnes provenant de pays et de cultures différents : un véritable défi ! Nous voulons insister sur le fait qu’il vaut mieux prévenir que guérir, et fournir des informations utiles et éducatives à nos clients.

Alors, pourquoi est-il si important de mettre l’accent sur les problèmes rencontrés par les personnes souffrant d’arthrite ? Selon le CDC (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies), aux États-Unis, environ 22 % de la population adulte souffre d’une forme d’arthrite. Cela peut conduire à une douleur extrême, à du stress, de l’anxiété et même de la dépression.

Saviez-vous que plus de 50 % des personnes âgées souffrent d’arthrite ?

Ce problème est encore plus répandu chez les personnes âgées. Des recherches indiquent que plus de 50 % des personnes âgées souffrent d’arthrite à un moment de leur vie. Nous ne pouvons donc pas nous permettre d’ignorer ce problème. Anticiper l’arthrite, c’est penser à l’avenir de nos parents, de nos proches, ou même du nôtre. Cela souligne aussi l’importance des mesures de prévention, dont le but est de retarder le développement de ce problème visiblement inévitable.

50 % des personnes âgées souffrent d’arthrite à un moment de leur vie.

Il n’y a pas de meilleure façon de comprendre ce que vivent les personnes souffrant d’arthrite que de le vivre par soi-même. C’est dans cette optique que Stannah a repoussé les limites, en créant une expérience physique directe capable de simuler un état arthritique. Nous avons en fait suivi l’exemple de Ford, la première société à avoir conçu une combinaison de simulation d’arthrite. NAPP Pharmaceuticals a également conçu une combinaison similaire baptisée « outil de génération d’empathie ». Alors que l’objectif de Ford était de comprendre comment fabriquer des voitures plus confortables pour les personnes âgées et que NAPP se concentrait sur l’empathie, Stannah utilise sa combinaison de simulation d’arthrite pour améliorer ses produits et mieux comprendre ses clients.

L’expérience de simulation d’arthrite

La combinaison de simulation d’arthrite est l’une des trois combinaisons existant au Royaume-Uni et a été conçue par l’école de design de l’Université de Loughborough. Stannah l’utilise pour permettre à ses employés de mieux comprendre les difficultés rencontrées par ses clients souffrant d’arthrite et de mobilité réduite. Elle a été développée à la suite de recherches approfondies, d’un examen de la documentation existante sur le sujet, et après avoir consulté des professionnels de la santé et nous être entretenus avec des patients. La combinaison vise à simuler certains aspects de la vieillesse pour les personnes qui ne connaissent rien de ces problèmes.

L’arrivée du troisième âge entraîne une réduction de la mobilité articulaire et de la sensibilité tactile ainsi que des changements visuels. Mais comment pourrais-je comprendre cela, moi qui n’ai que 33 ans ? La plupart des gens s’accordent à dire qu’il n’existe pas de meilleure façon de développer de l’empathie que de se mettre littéralement dans la peau de quelqu’un de différent. C’est pourquoi notre Responsable en observation du marché m’a proposé de vieillir comme je ne l’avais jamais fait auparavant.

En quelques secondes, j’ai changé de génération. Dès que tous les composants de la combinaison ont été mis en place, j’ai commencé à ressentir une différence au niveau des zones critiques généralement touchées par l’arthrite.

En quelques secondes, j’ai changé de génération.

Après avoir enfilé la combinaison, j’ai immédiatement ressenti une raideur et une gêne au niveau des articulations. J’ai commencé à me promener dans le siège de l’entreprise et à réfléchir à la façon dont ce problème affecterait ma vie au quotidien.

La combinaison a été conçue pour simuler les différents stades et gravités de l’arthrite, en particulier la douleur que l’on ressent au niveau des articulations. Les poches rouges servent en fait uniquement de symboles pour représenter les endroits où la raideur, la sensation de gonflement et de gêne se manifesteront le plus chez celui qui porte la combinaison.

Voici en bref les composants de la combinaison :

Composants de la combinaison de simulation d’arthrite
  • Des cailloux pour simuler la gêne et les craquements en haut de la colonne vertébrale
  • Des ceintures pour simuler la mobilité réduite
  • Des sangles et une compression des os pour simuler la raideur
  • Un support et des sangles en néoprène pour simuler l’instabilité

 

  • Les pointes ont uniquement une fonction visuelle (cou, colonne vertébrale, hanches et genoux)
  • Gêne comparable à un oignon de pied, difficulté à se mettre debout ou à marcher sur des surfaces irrégulières
  • Gants – raideur au niveau de la main et des doigts

L’impact de l’arthrite sur la vie quotidienne

Avez-vous déjà réfléchi à ce que cela fait de souffrir d’arthrite ?

C’est une question fondamentale que tout employé de Stannah doit se poser. Peu importe le département ou le domaine de travail, il est essentiel de pouvoir faire preuve d’empathie envers nos clients afin de comprendre leurs besoins. Si nous comprenons ce que nos clients affrontent au quotidien, nous serons à même d’améliorer nos produits afin de les rendre vraiment faciles à utiliser.

Quand ce fut mon tour d’enfiler la combinaison, j’ai essayé de rendre l’expérience la plus complète possible en accomplissant des tâches faisant partie de la routine quotidienne d’une personne âgée. Par exemple :

  • Monter et descendre les escaliers :
    À cause de la raideur au niveau des genoux, il était particulièrement douloureux de monter et descendre les escaliers et j’ai ressenti une sensation de craquement dans mes articulations. Selon une étude de marché réalisée par Stannah dans plusieurs pays européens et aux États-Unis, la douleur articulaire est l’une des principales causes des problèmes de mobilité. Il s’avère que 50 % des utilisateurs de monte-escaliers ont des problèmes articulaires et 61 % des utilisateurs potentiels ont également indiqué avoir des problèmes de genoux ou d’articulations. La dextérité joue également un rôle important, j’ai éprouvé énormément de difficultés à me tenir à la rampe. Le fait de redoubler d’efforts au niveau des mains à cause de ce manque de mobilité et d’équilibre m’a fait me rendre compte que mes genoux n’étaient pas mon seul point faible.
  • Manger, boire ou me brosser les dents :
    Toute activité me demandant d’utiliser mes mains était extrêmement douloureuse, comme essayer de manger ou de me brosser les dents. Le fait de prendre un objet en main, comme un verre d’eau, entraînait une douleur et me demandait de redoubler de prudence afin de ne pas le laisser tomber. Ensuite, quand j’essayais de saisir quelque chose, les côtes et les sangles au niveau des coudes – qui simulent la restriction de mouvement – m’empêchaient de tendre le bras.
  • Essayer de se lever d’une chaise :
    J’ai eu beaucoup de mal à me lever après m’être assise pendant un certain temps, à cause des limites au niveau des hanches et de la taille qui rendaient plus difficile l’utilisation de mes muscles abdominaux. La douleur au niveau des genoux n’a pas aidé non plus et je n’étais pas sûre que mes mains puissent me permettre de me lever sans danger.
  • Regarder par-dessus mon épaule :
    Que je sois debout ou assise, la raideur dans ma nuque et mon équilibre précaire m’empêchaient de regarder par-dessus mon épaule. J’avais l’impression que ma mobilité limitée et le fait de ne pas pouvoir réagir rapidement me rendaient plus vulnérable aux obstacles potentiels.
  • Me pencher vers le sol :
    Il était très difficile de me pencher vers le sol à cause des limites au niveau de la taille et des hanches. L’oignon sur mon pied droit limitait aussi ma mobilité et causait une gêne supplémentaire qui m’empêchait de marcher facilement.

La salle des monte-escaliers Stannah

Quand nous sommes finalement arrivés à la salle d’exposition des monte-escaliers Stannah, cela faisait déjà un petit temps que je portais la combinaison. La salle regroupait différents scénarios pour simuler différentes maisons, avec différentes formes d’escaliers et différentes solutions de monte-escaliers.

J’étais impatiente d’essayer les monte-escaliers parce que j’avais mal partout. Mais avant cela, j’ai pensé qu’il serait intéressant d’essayer de monter et descendre les escaliers quelques fois, afin de pouvoir réellement sentir la différence après coup. Faire l’effort de monter et descendre me faisait mal non seulement aux genoux, mais aussi aux mains, parce qu’il était douloureux de me tenir à la rampe. Je ne me sentais pas en sécurité ou en confiance du tout. J’avais l’impression de ne pas avoir assez de force et d’équilibre pour m’arrêter en haut des escaliers sans avoir peur de tomber.

Le temps était enfin venu d’utiliser les monte-escaliers. Avant de m’installer sur le siège, j’ai utilisé le bouton d’ajustement automatique du repose-pied et je me suis dit : « Je ne dois même pas me pencher ! » Puis, quand je me suis finalement assise, j’ai pensé à quel point le siège était confortable et à quel point la ceinture de sécurité était facile d’utilisation car je n’avais besoin d’exercer une quelconque pression (contrairement à une ceinture de sécurité dans une voiture, par exemple). Après avoir monté et descendu les escaliers tout en douceur à plusieurs reprises, j’en ai conclu que si tant de ces tâches quotidiennes sont difficiles, pourquoi les escaliers devraient-ils représenter un obstacle supplémentaire ?

Assise sur le monte-escalier, j’avais l’impression de reposer les articulations de mes genoux et de rendre service à mes mains endolories en n’utilisant pas la rampe. Je me sentais en sécurité.

Une nouvelle employée de Stannah essayant le monte-escalier SadlerJ’ai essayé les modèles Starla, Siena et Sadler. Ils étaient tous confortables : nul besoin de me pencher grâce au repose-pieds automatique et aucune pression inutile au niveau des mains grâce à la ceinture de sécurité ergonomique. Mais je dois dire que comme la combinaison simulait un cas extrême d’arthrite généralisée, j’ai trouvé que le Sadler convenait le mieux à mon état. Il aide en effet ses utilisateurs à maintenir une position plus droite, ce qui a permis de minimiser l’effort requis pour m’asseoir et me lever.

D’après mon expérience personnelle, le Sadler est parfait parce qu’il est fait sur mesure pour les personnes ayant une flexibilité limitée au niveau des articulations et surtout dans les hanches et les genoux. L’angle, le rembourrage et la structure globale du dispositif m’ont assuré tout le confort dont j’avais besoin. Encore mieux, ce modèle est disponible en différentes hauteurs, pour s’adapter aux personnes de toutes tailles.

D’après mon expérience personnelle, le Sadler est parfait car il est fait sur mesure pour les personnes ayant une flexibilité limitée au niveau des articulations et surtout dans les hanches et les genoux.

J’ai été étonnée par la quantité de recherches effectuées par Stannah pour améliorer ses modèles. L’entreprise a beaucoup travaillé aux côtés d’ergothérapeutes et de médecins pour que nos produits répondent aux normes les plus élevées pour nos clients.

Mais c’était aussi un voyage émotionnel. Je comprends maintenant comment affronter la douleur, les limites, la frustration et la dépendance peut affecter le mental de nos aînés.
C’est pour cela que je me suis sentie très fière de faire partie de la famille Stannah, car faciliter la vie des personnes à mobilité réduite y est pris avec le plus grand sérieux. Dans l’ensemble, je me suis sentie heureuse de travailler dans une entreprise qui prend à cœur les difficultés rencontrées par les personnes souffrant d’arthrite, qui sensibilise les gens par rapport à cette maladie et qui adapte ses produits en fonction des besoins de ses clients.