fr nl en
Stannah logo
Appelez gratuitement un conseiller au Votre conseiller Stannah est à votre disposition 24 h/24.
080026082

Indian Palace, ou comment sortir de sa zone de confort à la retraite !

« Indian Palace » nest pas quun film sur les inconvénients du vieillissement et de la retraite. Cest un film sur les possibilités infinies que nous offre la vie quel que soit l’âge !

Avec l’âge, les rides se creusent sur notre visage et nos cheveux commencent à grisonner, mais au fond, ne restons-nous pas toujours les mêmes ? Bien sûr que si, mais l’âge, et surtout l’expérience, nous changent également, et ce parfois de manière incroyable. Le plus merveilleux, c’est que l’on ne cesse jamais de changer et d’évoluer. Peu importe l’expérience, la vie déborde toujours de possibilités ! C’est pourquoi j’aimerais attirer votre attention sur cette idée que nous avons trouvé si belle : il est toujours possible de se réinventer ou, au moins, d’essayer de devenir de meilleures versions de nous-mêmes. La vie ne serait-elle pas ennuyeuse si nous devions arrêter d’explorer de nouveaux horizons, d’apprendre de nouvelles choses, de nous émouvoir et de découvrir de nouvelles cultures ? C’est exactement ce qu’incarne le film « Indian Palace » :

 

« un précieux rappel du cinéma nous disant que les émotions fortes ne sont pas réservées aux jeunes et aux adultes dans la force de l’âge »

Mick LaSalle du journal San Francisco Chronicle

 

C’est un film où comédie et drame s’entremêlent pour nous donner un aperçu de ce que cela représente de vieillir. Nous espérons tous vieillir sans rien perdre de notre élégance et de notre vitalité, mais nous savons aussi que ce n’est pas chose facile et que cela demande une certaine ouverture à la nouveauté et une réelle volonté de quitter sa zone de confort. Cela a-t-il piqué votre curiosité ? Laissez-moi vous présenter ce film superbe et enthousiasmant.

Indian Palace

 Le postulat de base – Il n’est jamais trop tard pour changer !

« Indian Palace », sorti en 2012, raconte l’histoire d’un groupe de retraités britanniques qui emménagent dans un palace indien en apparence exotique (et surtout pas cher), dirigé par le jeune Sonny (Dev Patel), qui veut tout faire pour leur faire plaisir. Inspirée du roman « Ces petites choses » (2004) de Deborah Moggach, cette comédie dramatique met en scène un groupe de sept seniors aux caractères très différents, dont la rencontre va bouleverser leur vie. Ils s’accordent toutefois tous sur un point fondamental : il n’est jamais trop tard pour s’embarquer dans une nouvelle aventure et changer de vie. À première vue, ces sept personnages semblent s’être fait à l’idée que leur vie est derrière eux. Après tout, ils vivent dans un monde moderne effrayant et menaçant, dans lequel ils ont du mal à trouver leur place. Ils ne vont pourtant pas décevoir le téléspectateur. En effet, selon le réalisateur du film :

 

« Le scénario est drôle et riche, ce n’est pas juste une comédie. (…) Le film parle également de deuil, de solitude et d’isolement et pose la question de ce qui est réellement possible lorsque l’on vieillit. Est-il encore possible de repartir à zéro ? N’est-il jamais vraiment trop tard pour changer ? » Le réalisateur, John Madden

 

Face à l’immense succès du film, une suite intitulée « Indian Palace – Suite royale » est sortie en 2015. Quel est le secret d’un tel succès ? Pour commencer, le film offre un casting prestigieux composé de brillants acteurs seniors. De plus, il prouve que le thème du vieillissement ne se résume pas à la mort et à la maladie, au contraire ! Ce film est un hymne à la vie !

Le synopsis – N’ayez pas peur de vous réinventer !

Le synopsis – N’ayez pas peur de vous réinventer !

Ce qui a vraiment frappé le réalisateur, John Madden, dans le roman de Deborah Moggach, c’est l’âge des personnages principaux : ils sont tous sexagénaires ou septuagénaires. Tous se rencontrent à cause de leur petite pension de retraite qui les oblige à aller passer leur retraite à l’étranger, dans un pays censé leur offrir une meilleure qualité de vie à moindres frais. Mais tout cela est trop beau pour être vrai. Pour certains personnages, le simple fait de se rendre jusqu’en Inde nous offre des situations cocasses, et puisque rien ne se passe jamais comme prévu, cela débouche sur une série d’événements imprévus tous plus drôles les uns que les autres. Pourtant, les difficultés sont bien réelles ! Ces personnages seniors débarquent dans « un monde qui leur est étranger, où ils ont été déracinés et coupés de leur passé, et où ils sont contraints de se réinventer ». Ou, comme l’explique le réalisateur, John Madden :

 

« Ce qui est génial, c’est que juste au moment où ses personnages pourraient entrer dans une période monotone de leur vie, un tout nouveau chapitre s’ouvre pour eux, qui va littéralement les confronter à une explosion de couleurs et de lumière et leur offrir la possibilité de se réinventer. » Le réalisateur, John Madden

 

Nous ne voulons pas vous dévoiler les éléments clés du scénario, mais tout ce que nous pouvons vous dire, c’est que nous sommes témoins de la transformation des personnages dès lors que leur esprit se réveille. Amitiés, mariages, liaisons, rivalités et non-dits, tout est démantelé d’une façon très drôle qui les pousse à aller de l’avant.

Le décor – Préparez-vous à un choc des cultures !

L’Indian Palace est un complexe hôtelier situé en Inde et destiné à l’accueil de « charmants retraités ». Cette description, en fait assez trompeuse, nous donne une idée de l’immense choc des cultures que vont vivre nos retraités. Passer ses vieux jours dans un palace indien ensoleillé ? Vivre dans un hôtel de luxe dans une destination touristique très recherchée ? Voilà l’idée alléchante qui va pousser les personnages jusqu’en Inde, où ils s’attendent à être entourés par le luxe et le confort. À leur arrivée, ils vont toutefois réaliser que l’Indian Palace a connu des jours meilleurs !

Le décor – Préparez-vous à un choc des cultures !

L’esthétique du film est somptueuse et les couleurs sont chatoyantes, telles qu’on s’y attend dans un film tourné en Inde. Les coutumes locales sont absolument fascinantes, sans parler de la bande-son très entraînante. Néanmoins, la première chose que nos seniors vont entendre, c’est surtout le brouhaha de la foule et de la circulation. Ils vont avoir du mal à percevoir la mélodie et le charme du pays pour lequel ils ont fait tout ce chemin. Cependant, le plus gros défi pour eux sera de laisser de côté les stéréotypes et les préjugés et de se mettre en condition pour plonger dans l’inconnu.

Jean Ainslie : Comment supportez-vous cet endroit ? Qu’est-ce que vous voyez dans ce pays que je ne vois pas ?

Graham Dashwood : La lumière, les couleurs, les visages souriants ; et la manière qu’ont les gens de voir la vie.

 

Les personnages – Une retraite hors de sa zone de confort !

une retraite hors de sa zone de confort

Evelyn, le personnage joué par Judi Dench, est un personnage central. (Source)

 

« Y a-t-il un autre endroit sur terre qui suscite un tel émoi pour les sens ? Ceux qui connaissent l’Inde parviennent à s’adapter et à vivre normalement. Mais rien ne peut préparer les non-initiés à cette frénésie constante de bruit et de couleurs, à la chaleur, à l’effervescence et à au fourmillement perpétuel de la foule. » Evelyn Greenslade

 

Au fur et à mesure que les personnages se réinventent, l’histoire met complètement de côté la question de l’âge et de la maturité. Au début du film, on découvre toutefois des hommes et des femmes âgés grognons et assez stéréotypés. Tous se rendent en Inde en raison du faible coût de la vie qui rend la retraite possible pour eux là-bas : quel cliché ! Mais ce qu’ils découvrent sur place est bien plus exotique que ce qu’ils attendaient. Ils se retrouvent plongés dans un univers parallèle qui va les transformer et leur donner bien plus de profondeur que ce qu’ils laissent deviner au départ. C’est un véritable concentré d’aventure humaine : un groupe de personnes issues de milieux très différents se rencontrent par hasard pour cette aventure commune.

Evelyn : le personnage le plus empathique 

 

« Peut-être craignons-nous justement de revivre les mêmes choses. Nous devons célébrer le changement, car comme quelqu’un l’a dit un jour, tout va bien se passer, et si ce n’est pas le cas, alors crois-moi… » Evelyn Greenslade

 

Evelyn – le personnage le plus empathique

Le personnage principal, Evelyn Greenslade (Judi Dench), est le narrateur du film. Elle a appris toute seule à utiliser un ordinateur et à tenir un blog où elle publie tous les jours son ressenti et son point de vue sur cette nouvelle aventure. En fait, son blog sert de repère pour comprendre la chronologie du film. C’est une personne très empathique qui parvient à surmonter le choc culturel de manière très positive et qui tente de transmettre cette sérénité aux autres personnages.

 

« Au début, vous êtes submergés. Mais peu à peu, vous réalisez que c’est comme une vague. Résistez, et elle vous emportera. Plongez dedans, et vous parviendrez de l’autre côté. » Evelyn Greenslade

 

Les personnages sortiront changés à jamais de ce choc des cultures. Ils vont comprendre que la vie et l’amour sont encore possibles s’ils se libèrent du passé, mais c’est en partageant leurs expériences qu’ils vont réaliser cela.

Muriel : le personnage qui a du mal à sortir de sa zone de confort

On s’identifie plus facilement à certains personnages qu’à d’autres (pour nous en tout cas). Les personnages hostiles vont par nature se montrer plus réfractaires au charme de l’Inde et au changement. Prenons le personnage joué par Maggie Smith, Muriel Donnelly, par exemple. Elle est décrite comme une personne « instinctivement xénophobe, qui ne sort jamais de sa zone de confort de quelque manière que ce soit ». Vous l’entendrez dire des énormités comme :

 

« Non, si je ne peux pas le prononcer, je ne veux pas le manger. »

Muriel Donnelly

Muriel

Il va sans dire que Muriel Donnelly n’apprécie pas son séjour en Inde. Découvrir une nouvelle culture et rencontrer de nouvelles personnes ne semble pas être sa tasse de thé. C’est peut-être parce que dès le départ, elle part avec de nombreux a priori, dont elle devra se débarrasser un par un. Bien sûr, le fait de ne pas savoir à quoi s’attendre ne va pas l’aider à s’ouvrir à la nouveauté.

 

Evelyn : « Rien ici ne s’est passé comme je l’attendais. »

Muriel : « Les choses se passent rarement comme on l’attend. Mais parfois, c’est pour le mieux. »

 

La conclusion – Célébrez le changement… et la différence !

« Mais il est aussi vrai que qui ne risque rien n’a rien, ne fait rien. Tout ce que nous savons de l’avenir, c’est qu’il sera différent. Peut-être craignons-nous justement de revivre les mêmes choses. Nous devons célébrer le changement. » Evelyn Greenslade

 

Aeroport

Comme c’est souvent le cas, les personnages et leur vécu sont bien plus creusés et approfondis dans le roman que dans le film.  Néanmoins, le film rend réellement justice au livre en démontrant que le fait de vieillir n’enlève en rien la beauté, la profondeur et l’humanité d’une personne. Il ne signifie pas que vous avez atteint une sorte d’apogée et que tout épanouissement est désormais impossible. Le film contribue à défaire cette idée fausse, mais il dénonce aussi la façon dont les personnes âgées sont perçues et traitées dans le monde occidental. En effet, les personnages ne décident pas d’aller vivre loin de chez eux, dans une culture si différente, sans raisons apparentes. La plupart d’entre eux y sont contraints parce que leur pension est si faible qu’ils doivent trouver un endroit où la vie coûte moins cher. Cependant, le coût de la vie en Inde n’est pas leur seule motivation. Dans la culture indienne, tout comme dans la culture japonaise, les personnes âgées sont respectées et vénérées. À l’inverse des civilisations occidentales, les personnes deviennent plus visibles et leur voix compte plus en vieillissant, car elles sont vues comme des exemples de sagesse. Il est fondamental que notre société reconnaisse les personnes âgées à leur juste valeur, car elles ont encore beaucoup à offrir.

C’est ce que nous enseigne cette histoire. Vous sentez peut-être que votre reflet a changé dans le miroir et peut-être essayez-vous de ne pas voir les changements dans votre corps. Mais lorsque vous arrivez aux vieux jours, un atout de taille s’offre à vous : l’expérience. Soudain, vos expériences passées et votre savoir deviennent une source de force. De nos jours, la soixantaine est la nouvelle quarantaine. N’est-ce pas excitant ? Et c’est ainsi que le monde vous paraît à nouveau magique et fascinant. Souvent, l’élément déclencheur de ce nouvel état d’esprit est la capacité à accepter et à accueillir le changement, à passer outre la déception et … les différences !

Sources :

Critique du film

Interview du réalisateur John Madden

Vous aimerez peut‑être aussi :

Still Alice : une histoire sur l’arrivée précoce de la maladie d’Alzheimer

Les flagrants délires d’Hendrik Groen, l’homme de 83 ans et un quart qui a conquis nos cœurs !

Critique littéraire : Allan Karlsson, en quête d’aventure même à 100 ans !