fr nl en
Stannah logo
Appelez gratuitement un conseiller au Votre conseiller Stannah est à votre disposition 24 h/24.
080026082

Le rôle des anciens à travers l’histoire

Comment le rôle des anciens a-t-il changé et quels sont les nouveaux défis auxquels doit faire face une société toujours plus vieillissante ?

Le rôle des anciens à travers l'histoireLe rôle des anciens à travers l’histoire

« Le défi de notre époque est de construire un monde qui répond aux besoins des plus âgés comme des plus jeunes. »

Laura L. Carstensen

Ph. D. est professeure de psychologie et directrice-fondatrice du Stanford Centre on Longevity

Dans les sociétés occidentales et orientales, le pourcentage de citoyens âgés augmente rapidement. Mais nous ne sommes pas conditionnés pour vivre 25, voire même 30 ans de repos. Cela représente un défi pour notre structure sociétale actuelle et la manière dont nous nous adapterons affectera le rôle des citoyens âgés aujourd’hui et pour les années à venir.

Comment occuper son temps après le départ à la retraite est un aspect de la question, mais il y a d’autres préoccupations. Vous avez peut-être entendu des histoires dans les médias sur la façon dont les aînés vont ruiner le système de soins de santé ou comment le système de retraite va s’effondrer sous le poids d’une population vieillissante.

Bien que ces scénarios paraissent démoralisants, nous devons travailler au développement de perspectives plus positives. Dans ce contexte, nous avons découvert les recherches de Laura Carstensen, une spécialiste du vieillissement. Carstensen affirme que des opportunités nous tendent les mains pour des améliorations sociales et scientifiques, pour reconstruire un environnement adapté au vieillissement de la population et aussi une occasion de repenser les rôles joués par les citoyens âgés dans la société. Selon ses propres termes :

« Si vous disposez d’une population importante d’êtres humains émotionnellement stables, instruits et relativement sains, c’est une bonne ressource. »

Pour mieux comprendre comment le rôle des citoyens âgés dans notre société peut être amélioré, il est aussi important de comprendre d’où nous venons et où nous voulons aller. Alors, explorons certains des différents rôles que les anciens ont joué à travers l’histoire pour essayer de nous faire une meilleure idée de la voie à suivre pour construire une société qui intègre tous les âges de la vie.

Qu’est-ce qu’un citoyen âgé ?

Vieux couple au MexiquePhoto de Cristian Newman, Yuriria, Mexique

Les êtres humains ont tendance à se mettre dans des catégories. En fait, nous classons les gens en différentes catégories depuis l’aube de la civilisation.

Donc, quand quelqu’un atteint l’âge de 65 ans, il sera catégorisé en tant que personne âgée, même si cette personne ne se reconnaît pas comme telle. Cela se produit pour des raisons utilitaires, donc c’est bien plus une construction sociale qu’une étape biologique définie.

En outre, l’âge chronologique indiqué par « la vieillesse » peut varier d’un point de vue à la fois culturel et historique. Malheureusement, les « personnes âgées » et la « vieillesse » font toujours l’objet d’une stigmatisation, et c’est pourquoi les différentes cultures du monde ressentent le besoin d’employer des euphémismes, tels que :

  •  Les seniors (usage américain)
  • Les citoyens âgés (usage britannique et américain)
  • Les personnes âgées (en sciences sociales)
  • Les anciens et les aînés (dans de nombreuses cultures – y compris les cultures aborigènes)
  • L’automne de la vie
  • Le crépuscule de la vie
  • L’hiver de la vie
  • L’âge d’or

Certains de ces termes peuvent être considérés comme condescendants, et beaucoup de gens n’aiment pas être catégorisés comme anciens ou seniors. Ils préfèrent être appelés « vieux » et acceptent qu’ils ne sont plus aussi jeunes qu’autrefois. D’autres considèrent le terme de « vieux » comme connoté négativement et refusent ce genre de catégorisation. C’est dans tous les cas un sujet délicat.

Comment le rôle des citoyens âgés a-t-il changé à travers l’histoire ?

« Génétiquement, nous ne sommes pas plus intelligents ou plus forts que nos ancêtres qui vivaient il y a 10 000 ans. Néanmoins, en termes pratiques et biologiques, nous sommes en meilleure forme que nos arrière-grands-parents. »Laura L. Carstensen

Femme âgéeInconnu (Pexels)

D’où venons-nous ? Comment le rôle des citoyens âgés a-t-il changé à travers l’histoire ? D’un point de vue historique, il existe des faits surprenants et souvent tristes à propos de la vieillesse. D’un point de vue biologique, avant le 20e siècle, l’espérance de vie était souvent inférieure à 60 ans. Donc, personne n’avait prévu la longévité que nous observons aujourd’hui. D’un point de vue sociologique, il y a toujours eu une certaine ambiguïté sur la vieillesse. La vieillesse a pu être considérée comme une source de sagesse et de prestige, mais aussi comme un stade de décrépitude et une source de souffrance.

Antiquité

Bien que certains personnes fortes et en bonne santé pouvaient atteindre l’âge de 70 ans, la plupart d’entre elles mourraient avant leurs 50 ans. Les personnes de la quarantaine encore en forme étaient traitées avec respect, alors que les plus affaiblis étaient considérés comme un fardeau, laissés pour compte et même tués. À l’Antiquité, la catégorie des « vieux » n’était pas attribuée en fonction de l’âge, mais en fonction de la perte de capacité à s’acquitter de tâches utiles

Grèce et Rome antiques

La vieillesse était considérée comme une étape de déclin et de décrépitude, alors que la beauté, la force et la jeunesse étaient appréciées par dessus tout.

Les Athéniens, au temps d’Aristote, n’aimaient pas les personnes âgées et se rebellaient souvent contre elles.

Moyen-Âge et Renaissance

Aucune de ces époques ne s’est révélée être l’âge d’or du vieillissement et il y avait souvent une approche antagoniste envers les personnes âgées. La vieillesse était souvent représentée comme un stade de la vie cruel ou faible. Selon les circonstances, les anciens pouvaient être « respectés ou méprisés, honorés ou mis à mort ».

Cependant, certains des Utopistes du 16e siècle, comme Thomas More et Antonio de Guevara, ont commencé à imaginer un monde où les personnes âgées pouvaient choisir entre finir en décrépitude ou mourir dans la dignité. À l’époque, vivre plus de 65 ans était une réussite très rare.

La pensée orientale : le confucianisme

Dans la pensée orientale et avec l’influence du confucianisme, nous observons une approche plus collectiviste : le poids des hiérarchies familiales, anciennes et traditionnelles peut y sembler plus lourd.

Culture méditerranéenne et latine

Cette culture vénère aussi les aînés comme des personnes importantes. On se repose souvent sur la génération la plus âgée pour aider à garder les plus jeunes, tandis que les soutiens de famille travaillent à l’extérieur. Ainsi, les personnes âgées sont bien intégrées dans les derniers stades de leur vie.

La période moderne

En raison de nombreuses améliorations au cours des siècles, l’espérance de vie a atteint 79 ans pour les hommes et 83 ans pour les femmes. Mais dans les cultures occidentales modernes, le statut culturel des aînés a décliné. Comme ils vivent plus longtemps les anciens se retrouvent souvent déplacés en raison de contraintes financières ou d’une incapacité à vivre de manière indépendante. Beaucoup sont forcés de déménager dans les résidences pour personnes âgées, des maisons de retraite et des établissements médicalisés. Certains qualifient même ce phénomène « d’âgisme. » Georges Minois déclare que « toujours et partout la jeunesse a été préférée à la vieillesse. » En fait, la culture occidentale moderne est très connue pour sa valorisation individualiste de la « jeunesse, l’autosuffisance et l’individualisme ».

En conséquence, en 2011, l’Organisation des Nations unies a proposé une convention sur les droits de l’homme pour protéger spécifiquement les personnes âgées. La réalité est que de nombreuses dynamiques familiales ont radicalement changé, avec désormais plus de grands-parents que de petits-enfants.

Comme le dit Laura Carstensen, « cette pyramide, qui a toujours représenté la répartition des âges dans la population, avec de nombreux jeunes à la base, et une petite pointe de personnes âgées qui ont survécu jusqu’à un âge avancé, est devenue un rectangle. »

Credit: L’exposé de Laura Carstensen à la Conférence TED :

La forme en rectangle ou en cube signifie que pour la première fois dans l’histoire de l’espèce humaine, la plupart des bébés nés dans le monde développé auront la possibilité de devenir vieux.

ONU, Perspectives démographiques mondiales, prévisions de la variante moyenne

Laura Carstensen déclare également que l’augmentation de l’espérance de vie n’a pas eu lieu parce que nous sommes plus résistants que nos ancêtres, mais car la culture, la science et la technologie ont joué un rôle essentiel dans l’amélioration de la santé et du bien-être.

Quel rôle jouent les personnes âgées dans la société actuelle ?

« Le 20e siècle a connu deux changements profonds dans les régions du monde où la population est bien éduquée et où la science et la technologie sont prospères. »

Laura L. Carstensen

Couple âgé à Sienne, ItaliePhoto de Cristina Gottardi, sur Unsplash. Couple âgé à Sienne, Italie Couple âgé à Sienne, Italie

La manière de considérer les anciens est en constante évolution, la manière de les traiter et de les respecter varient d’une culture à l’autre et évolue au cours des différentes époques. Dans les pays de l’Ouest comme de l’Est, certains secteurs de la société peuvent mettre les personnes âgées à l’écart, les réduisant à une liste de soins nécessaires.

Mais leurs cheveux gris et leurs articulations raides ne les empêchent pas d’être le fondement indéniable et extrêmement solide de notre société. Si nous voulons écouter et apprendre, il est facile de voir que leur importance va au-delà de garder les petits-enfants, raconter des histoires, préparer et donner les repas.

Leurs corps sont peut-être plus faibles, mais ils possèdent une réserve de sagesse et d’expérience immense qui peut servir de balise aux jeunes générations. Ils jouent également un rôle essentiel dans l’enseignement des valeurs culturelles aux plus jeunes et la préservation des traditions, car ils sont les gardiens d’un riche patrimoine culturel.

Heureusement, les temps changent et les générations plus récentes sont élevées dans un environnement différent qui se préoccupe de la protection les vieilles générations. Aussi, il est important de dire qu’il existe des personnes de tous milieux culturels qui sont prêtes à s’occuper de leurs parents âgés par amour, respect et sens du devoir, mais nous pouvons certainement apprendre beaucoup les uns des autres.

Nous dirigeons-nous vers une société qui intègre tous les âges de la vie ?

homme agé sur la routeChristopher, sur Unsplash

Bien que de nombreux seniors vivent encore dans la pauvreté dans les pays développés, selon le Guardian, de grands efforts ont été consentis au cours des vingt dernières années pour réduire la pauvreté des retraités.

Au lieu de nous concentrer sur une vision démoralisante de l’impact d’un vieillissement de la population, nous gagnerions à adopter une approche plus équilibrée, dirigée vers la mise en place de nouvelles solutions politiques qui répondraient aux défis réels, tels que :

  • Comment pouvons-nous nous assurer que les personnes âgées reçoivent l’aide dont elles ont besoin pour adapter leurs maisons pour vieillir chez elles aussi longtemps que possible ?
  • Comment pouvons-nous nous assurer que ceux qui s’occupent des personnes âgées reçoivent le soutien et la formation dont ils ont besoin ?
  • Comment pouvons-nous aider les communautés à devenir aussi respectueuses des aînés que possible et à permettre aux seniors de continuer à contribuer à la société tout en conservant une bonne qualité de vie ?

Il existe à travers le monde des exemples de politiques qui visent à améliorer l’intégration des citoyens âgés dans une société en évolution constante et rapide. Rendre notre environnement mieux adapté et plus accessible aux personnes âgées devrait être une préoccupation de tous les gouvernements, surtout lorsqu’il s’agit de prévoir des conditions sûres pour la marche, le cyclisme et les transport public.

Par exemple, à Singapour, les aînés ont une carte qu’ils peuvent glisser sur les passages à niveau pour ralentir les feux de circulation et leur laisser le temps de traverser (source : The Guardian).

Nous croyons également que cette préoccupation devrait être étendue aux logements des seniors, en prévoyant l’aide nécessaire aux adaptations de mobilité, pour permettre aux aîné de rester chez eux au sein d’une communauté qui donne une place à tous les âges de la vie.

Aujourd’hui, les aînés sont capables de participer plus activement à la société et d’y contribuer intellectuellement jusqu’à un âge avancé. Mais des progrès restent à faire. Espérons que nous pourrons continuer à progresser vers une société qui apprécie et respecte davantage l’intelligence de nos citoyens âgés, tout comme les aînés japonais et aborigènes d’Australie sont vénérés pour leur sagesse depuis des millénaires. Nous ne devrions jamais mettre en doute la contribution des citoyens âgés à la société, que ce soit en tant que groupe ou individuellement.

À lire également :

Jeunes et vieux : existe-t-il un fossé des générations ?

Rester vivre chez soi en toute sécurité

Vivre plus longtemps chez soi grâce à un monte-escalier